La brasserie de l’Abbaye de Saint-Maurice va se relancer avec une bière haut de gamme

Le tumulte médiatico-judiciaire des derniers mois avait entraîné le départ de deux partenaires commerciaux, le distributeur Amstein et la Coop. Alors que le climat semble à l’apaisement, le président de la brasserie nous présente la stratégie pour reconquérir le public.
Lancées en 2019, les bières de l'Abbaye ont souffert des affaires d'abus. (Capture d'écran du site de l'Abbaye)
image_pdfimage_print

Durant le carême, une figure bien connue des fidèles a refait son apparition lors des messes de l’Abbaye de Saint-Maurice : le père-abbé Jean Scarcella. Sans présider, le maître des lieux reprenait sa place parmi les siens, après s’être mis en retrait dans un contexte d’accusations d’abus qui le visaient lui et la communauté.

Pour de nombreux habitués, ce retour de Mgr Scarcella est porteur d’espoir. A la sortie de la messe, on s’accorde aujourd’hui à affirmer que les soupçons qui pesaient contre lui, ou contre le prieur Roland Jaquenoud, n’ont débouché sur rien. Le climat douloureux, espère-t-on, ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir. Selon certains, une déroute électorale menacerait même Christophe Darbellay, chef du Département valaisan de l’économie et de la formation. Opportuniste, sa récente décision de changer le nom du « lycée-collège de l’Abbaye de Saint-Maurice » en « collège de Saint-Maurice » aurait retourné l’opinion en faveur des chanoines.

Les distributeurs ne bougeront pas

Dans le contexte des révélations, deux partenaires commerciaux de la brasserie de l’Abbaye avaient décidé de subitement cesser la collaboration : l’entreprise vaudoise Amstein SA ainsi que la Coop. Le contexte étant à l’apaisement, ces deux sociétés vont-elles relancer la distribution des breuvages chablaisiens ? « Pour le moment nous n’avons pas prévu de redistribuer les bières », répond laconiquement Amstein. Quant à Caspar Frey, porte-parole de la Coop, il n’est guère plus bavard : « Nous vous prions de comprendre que nous ne nous prononçons pas publiquement sur les décisions concernant l’assortiment. » Au cœur de la crise, la coopérative avait eu moins de pudeurs à expliquer que la fin de la mise en vente visait à se distancier « de ces événements présumés », comme le mentionne un article de janvier de la RTS.

Avec ces prix cassés, les dégâts sont encore visibles sur le site de l’Abbaye.

Réorientation stratégique du côté de la brasserie

Pas de quoi faire paniquer le président de la brasserie, Pierre-Alain Cardinaux. « Début 2023, avant les affaires de l’Abbaye, nous avions revu toute l’organisation de la brasserie. Nous voulions réduire le volume et avoir une organisation moins coûteuse. » Dès lors, précise-t-il, les effets liés aux affaires ont eu peu d’influence : « Nous avons pu absorber sans problème ! » Reste que les stigmates sont encore bien visibles en ligne avec des boissons vendues à CHF 2.- pièce au lieu de CHF 4.50, sur le site de l’Abbaye.

Pour découvrir le nouveau partenaire brassicole de l’Abbaye et sa stratégie 2024-2025 dans la suite de cet article, merci de vous connecter ci-dessous ou de prendre un abonnement.

Pour accéder à ce contenu, vous devez souscrire à un abonnement (Abonnement en ligne + papier, Abonnement de soutien ou Abonnement en ligne) ou vous connecter à votre compte (log in).

Voir aussi

  • Mater Dolorosa 3/5 – Un deuil fantôme

  • L’observatoire du progrès // Mai 2024

  • Réservé aux abonnés Nemo Erectus

  • Mater Dolorosa 2/5 – Maux compte triple

Inscription gratuite
close slider